Communication Croissance personnelle Non classé

Les comportements passifs-aggressifs

passif-agressif

Cet article est déjà le quatrième de notre série sur la MANIPULATION. Nous avons vu précédemment ce qu’étaient le GASLIGHTING, la PROJECTION, et l’utilisation du sentiment de CULPABILITÉ comme arme de manipulation.  Nous allons maintenant voir ce que sont les comportements passifs-agressifs. Cette forme de manipulation est tellement fréquente qu’on l’excuse souvent comme de la simple mauvaise humeur.

Qu’est-ce qu’un comportement passif-agressif?

Le comportement passif-agressif est un ensemble d’attitudes passives qui expriment indirectement des sentiments négatifs cachés qui ne sont pas ouvertement assumés ou vécus : rancune, frustration, haine, colère, malaise relationel, etc. La personne qui présente une attitude passive-agressive le fait généralement de manière inconsciente, comme un mécanisme de défense face à son propre sentiment d’impuissance, ce qui ne veut pas dire que ces comportements sont acceptables pour autant.

L’une des caractéristiques des comportements passifs-agressifs est de ne jamais affronter les problèmes de front, mais de toujours manifester son mécontement de manière indirecte.

  • Dire une chose et en faire une autre :

Comme la personne passive-agressive ne confronte pas directement les désaccords, elle donnera l’impression d’être d’accord avec vous, mais fera comme bon lui semble par la suite. Elle vous dit oui, mais fait non. On voit immédiatement la difficulté de créer un lien de confiance avec quelqu’un qui ne vous dira jamais ouvertement lorsqu’il/elle est en désaccord avec vous, qui ne vous donnera pas l’heure juste sur ses émotions, ou qui ne respectera pas sa parole parce qu’intérieurement, il/elle n’était pas d’accord mais a omis de le dire pour éviter un conflit ouvert. Avec une personne passive-agressive, on peut s’attendre à ce que les ententes relationnelles soient constamment brisées.

  • Boycotter :

Comme la personne passive-agressive ne dit pas ouvertement ce qu’elle veut ou ne veut pas faire, elle procédera souvent par boycott, c’est à dire qu’elle posera tout un tas de petites actions anodines qui feront échouer les plans : oublis fréquents et répétés, retards, actes manqués. Par exemple, la personne passive-agressive ne veut pas cuisiner, mais se sent obligée de le faire, alors elle va faire bruler le souper, volontairement ou pas, pour bien vous faire regretter de lui avoir imposé cette tâche. La prochaine fois, vous allez y penser à deux fois avant de lui demander de cuisiner pour vous… La personne passive-agressive fait ce qu’on attend d’elle, mais le fait tellement mal qu’elle vous privera de la satisfaction que vous devriez en éprouver. Autre exemple : elle vous accompagne à une soirée entre amis, mais se comporte de manière si désagréable avec les autres invités que la prochaine fois, vous hésiterez à lui demander de vous accompagner, ce qui est le but insconscient de sa manoeuvre. La solution mature aurait été de dire honnêtement « Je n’irai pas à cette soirée avec toi, j’ai plutôt besoin de me reposer. Voudrais-tu demander à un autre partenaire de t’y accompagner? »

  • Le traitement du silence : 

Lorsque la personne passive-agressive est blessée, plutôt que d’exprimer de manière constructive ce qui la dérange, elle prend de la distance, voire se retire dans un mutisme qui a pour but de « punir » le partenaire. Il-elle boude! Lorsque vous constatez que quelque chose ne va pas, et demandez «  est-ce que tout va bien? » « est-ce que j’ai dit ou fait quelque chose qu’il ne fallait pas? » vous recevez des réponses qui nient le problème « non, tout va bien », souvent avec un ton de voix qui indique qu’au contraire, ça ne va pas du tout. Ce double message vous cause un malaise, une confusion, et peut-être allez-vous insister pour comprendre ce qui se passe, ce qui est un peu le but de la manoeuvre. L’autre apprécie d’avoir votre attention, tout en vous laissant mariner dans votre malaise. Elle ne fait rien pour arranger la situation, et le conflit peut même s’envenimer, car vous ne comprenez plus trop ce qui se passe, mais vous sentez bien qu’il y a un problème. 

La personne passive agressive adore les réponses qui ne font nullement avancer la résolution du conflit « tu sais très bien ce que tu as fait! » (alors que non, vous ne savez pas du tout, car la personne passive-agressive exprime rarement ses besoins de manière claire et directe). 

Si un-e partenaire prend de la distance, cela ne veut pas nécessairement dire qu’il s’agit de manipulation. On a tous besoin de prendre du recul à certains moments. D’une pause pour réfléchir avant de poursuivre une discussion difficile. Mais si nous sommes bien intentionnés, cette prise de distance s’accompagne d’une volonté de rassurer le partenaire « J’ai besoin d’un peu de temps pour réfléchir, mais ne t’en fais pas, je te ferai savoir dès que j’y verrai plus clair ». Lorsque le besoin de distance vise la manipulation, il n’y a pas de volonté de rassurer l’autre ou de clarifier la situation, car le but est uniquement de punir par le silence et la distance.  

Une personne passive-agressive peut très bien faire comme si vous n’étiez pas dans la pièce. Vous ignorer totalement. Elle n’a pas envie que vous soyez là, alors elle se comporte comme si vous n’y étiez pas.

  • Les sous-entendus cinglants :

La personne passive-agressive ne vous dira jamais directement son mécontentement, ce qui ne l’empêchera pas de lancer des pointes, de faire des commentaires blessants en prétendant que c’est seulement pour plaisanter. Lorsque vous confrontez la personne passive-agressive sur ses commentaires blessants, elle risque fort bien de réagir par du gaslighting et en vous disant que c’est dans votre tête que ça se passe, que vous n’avez pas le sens de l’humour, ou que vous être trop susceptible. 

Ses accusations à peines voilées de la personne passive-agressive, parfois à propos de choses qui se sont passées il y a une éternité, semblent parfois sortir de nulle part. Ce sont généralement de ces accusations qui expriment une blessure ou une rancune que la personne passive-agressive n’arrive momentannément plus à contenir, mais qu’elle ne veut pas non plus régler pour autant, car cela demanderait une discussion honnête et et une confrontation ouverte, ce qu’elle redoute plus que tout. 

Les émotions qui indiquent qu’on subit des comportement passifs-agressifs

La partie manipulation résultant des comportements passifs-agressifs est que cela vous oblige à donner toute votre attention aux émotions négatives qui se dégagent de l’autre personne. Il y a un malaise dont il est impossible de ne pas tenir compte.

Le partenaire passif-agressif a plombé l’ambiance, et vous voudriez bien régler le problème pour pouvoir passer à autre chose et avoir un bon moment, mais comment régler un problème si l’autre personne s’obstine à dire qu’il n’y en a pas?

La personne passive-agressive peut jouer longtemps à ce petit jeu, car cela lui donne enfin du pouvoir et de l’attention – quelqu’un est obligé de s’occuper de comment elle se sent.

  • Se sentir mal sans trop comprendre pourquoi :

C’est l’émotion classique qui accompagne toutes les formes de manipulation. Elle n’est pas réservée uniquement aux comportements passifs-agressifs, mais ce malaise diffus et difficile à décrire devrait vous mettre la puce à l’oreille que quelque chose ne tourne pas rond dans cette relation. Dans le cas de la manipulation par attitude passive-aggressive, le sentiment de confusion vient du fait que l’émotion négative est passée de manière relativement subtile. On sent qu’il y a de la colère, du ressentiment, de la frustration qui sont véhiculés par le ton de voix, par des soupirs, par des expressions faciales, mais en même temps, la personne n’engage aucune démarche pour régler un éventuel problème – elle nie d’ailleurs qu’il y ait un problème; le partenaire est censé le deviner.

  • Une peur irraisonnée de déplaire à l’autre :

Personne n’aime déplaire ou décevoir ses partenaires. Mais déplaire à votre partenaire passif-agressif pourrait vous coûter plus cher parce qu’elle va vous le faire payer d’une manière ou d’une autre, grâce aux comportements mentionnés plus haut.

Avec un partenaire passif-agressif, vous sentez que vous n’avez pas droit à l’erreur, mais on ne vous donne pas le manuel d’instruction non plus. Le résultat est une impression de marcher sur des oeufs, toujours à l’affût de la prochaine gaffe que vous pourriez commettre par inadvertance.

Vous n’osez plus être vous-mêmes, ni dire ce que vous pensez vraiment, de peur de causer une nouvelle séance de boudage qui n’en finit plus.

  • Le sentiment d’être seul-e à vouloir régler les problèmes dans la relation

Vos tentatives de discuter ouvertement des problèmes auxquels vous faites face se soldant par l’une des techniques de manipulation mentionnées plus haut : soit votre partenaire vous donne raison sur tout ce que vous soulevez comme problème et accepte toutes vos demandes de manière presque servile pour en finir avec cette discussion insupportable (rappellez-vous que la chose la plus difficile pour une personne passive-agressive est la communication authentique et directe) pour ensuite continuer de faire ce qu’elle a toujours fait, car elle n’avait pas l’intention de changer ; soit votre partenaire boude à chaque fois que vous tentez de parler des problèmes dans votre relation jusqu’à ce que vous n’osiez plus soulever ce genre de questions, ou boycottera la discussion en faisant des commentaires cinglants qui ne vont pas du tout vers une solution mais sont seulement une occasion de laisser sortir son venin et de vous punir d’avoir osé aborder ces sujets qu’elle ne veut pas confronter.

 

Dans le prochain article,

nous verrons comment dealer

avec les comportements passifs-agressifs

 

 

 

You Might Also Like

No Comments

    Leave a Reply