Croissance personnelle Ruptures et transitions

« Ton amour me rend forte »

matin

Café et matin ensoleillé, une playlist parfaite, comme si elle avait été choisie spécialement par le « gars des vues » pour le grand moment émotif qui allait suivre. Mon mari et moi sommes silencieux, vaquant chacun à nos pensées, encore tout ensommeillés en raison de l’heure tardive à laquelle nous nous sommes glissés sous la couette au retour du Bal Burlesque Monde Osé.

Mon esprit oscille d’un souvenir à l’autre de cette soirée, entre mon mari qui laçait mon corset et celui de sa copine Rébecca, les sourires, les embrassades avec les amis de longue date qu’on n’a pas vus depuis un moment et le plaisir de faire la rencontre de nouvelles personnes dont on a seulement entendu parler, et les moments exquis à danser avec ma sublime amoureuse, sous le regard bienveillant et compersif de son mari – et le regard admiratifs des quelques personnes qui sont venus nous dire que nous étions belles toutes les deux.

Cette soirée magnifique met un baume sur les dernières semaines qui m’ont vue pleine de doutes à propos de moi-même et de ma capacité à être en relation. « Tu es difficile à aimer », m’a-t-on dit. Et cette phrase est restée imprimée dans ma tête perplexe comme un mantra assourdissant… Je savais que j’avais de grands besoins affectifs… mais difficile à aimer ?

J’imagine qu’on est tous difficiles à aimer pour quelqu’un. Il y a des gens pour qui nos besoins sont autant de chaînes qui entravent leur épanouissement. Pour qui chaque compromis est un de trop. L’erreur est alors de s’acharner à créer du bonheur avec eux, alors qu’il y a là, au-dehors, d’autres gens qui sont prêts à nous aimer pour ce que nous sommes.

Et c’est ce que je contemple silencieusement ce matin, en pensant à mon mari et à mon amoureuse : ils sont de ces personnes qui font ressortir le meilleur de moi ; Vue à travers leurs yeux je suis belle. Leur regard semble me dire que je suis facile à aimer. Même mes défauts – et dieu sait que j’en ai quelques uns ! – semblent supportables. Et je sens qu’avec eux, mon coeur, qu’ils tiennent comme une petite chose précieuse entre leurs mains, est enfin en sécurité. Je songe à la chance que j’ai d’avoir dans ma vie ces deux amoureux, et la gratitude m’envahit. À lui comme à elle, je peux dire « ton amour me rend forte », ce qui pour moi, résume tout.

Et à vous, lecteurs, je vous souhaite d’avoir également dans vos vies de ces relations enrichissantes,

Affectueusement,

Hypatia

Achetez le livre d’Hypatia sur la Compersion en prévente, en cliquant ici  (parution en Juin 2016) !

Sur le même thème

1 Commentaire

  • Répondre
    Nancy Isabelle Labrie
    29 mai 2016 at 10:00

    C’est touchant de lire ça, et je crois qu’on peut tous s’y reconnaître. On n’a pas tous les mêmes codes. et on ne se rejoint ni ne se comprend pas toujours. Peut-être qu’il serait plus vrai de dire à l’autre: je n’arrive pas à trouver la manière de t’aimer… Et en tout cas, moi mon amie, je te trouve parfaite et je t’aime! 🙂

  • Répondre

    5 × deux =