Général

Licorne 101

licorne

Qu’entend-t-on par licorne ?

Dans la communauté polyamoureuse, une licorne désigne une femme bisexuelle en relation avec un couple, soit pour l’amour, soit pour le sexe, ou les deux. Le terme est apparu au départ afin de souligner le fait que de telles compagnes ne sont pas faciles à trouver, au point qu’on les désigne du nom d’une créature mythique. En effet, de nombreux couples souhaitent rencontrer une telle personne qui pourra interagir aussi bien avec l’homme que la femme dans le couple. En revanche, les femmes prêtes à jouer ce rôle ne sont pas si nombreuses, même si le phénomène est probablement en croissance.

Un terme péjoratif ?

Plusieurs personnes considèrent que le terme licorne est péjoratif, voire outrageux. Mais le mot en lui-même n’a jamais été destiné à rabaisser les personnes à qui on l’attribue. Si licorne est un mot suffisamment respectueux ou pas dépend surtout de qui le prononce et dans quelle intention. Certaines personnes ont le don de polluer chaque mot qu’ils prononcent, alors que d’autres vont utiliser le même mot avec respect. À l’heure où même le mot salope est devenu de bon ton en raison de la popularisation du livre La salope éthique de Dossie Easton et Janet Hardy, on se demande bien comment le mot licorne pourrait être une insulte… à moins de vraiment le vouloir. Personnellement, je vois de temps à autre un couple d’amis avec qui je partage des moments d’exploration sexuelle et je n’hésite pas à dire que je suis leur licorne.

Si de nombreux polyamoureux ont des réticences avec le concept de licorne, c’est bien moins à cause du nom qu’en raison de la manière dont ce type de relation se déroule bien souvent.

Commencer une relation à trois avec une licorne est souvent la porte d’entrée pour un couple dans la vie polyamoureuse. Le couple, pas encore prêt à vivre des relations amoureuses chacun de son coté, se dit qu’ajouter une femme est une bonne option d’exploration pour les deux partenaires. Or, cela veut dire que nous sommes en présence de débutants, qui en sont à leurs premiers balbutiements et qui ont encore leurs premières grosses erreurs à faire. Les licornes font souvent les frais des premiers accidents de parcours, des premières crises de jalousie, des premiers malentendus et problèmes de communication. Tout le monde finit blessé, mais le couple a l’avantage d’être à deux pour recoller les pots cassés et se soutenir là-dedans, alors que la licorne va terminer toute seule pour lécher ses plaies, traverser sa peine d’amour et remettre de l’ordre dans sa vie. C’est pourquoi plusieurs femmes ayant vécu cette expérience concluent que « plus jamais », et conseillent aux autres femmes – souvent avec raison – de ne pas se lancer dans une telle aventure.

Avant de se lancer

Si vous envisagez devenir la licorne d’un couple, ou si vous êtes un couple qui a envie d’être en relation avec une femme, voici quelques points à considérer :

  • Est-ce que le couple est expérimenté ? Est-ce que la licorne est expérimentée ? Si on est nouveau, a-t-on la volonté de se documenter, de faire des lectures, d’assister à des séminaires ou de participer à des groupes de support, histoire de savoir un peu où on s’en va, ou bien laisse-t-on les choses au hasard en espérant ne pas trop se casser la gueule ?

Le polyamour, c’est comme le vélo : on sait qu’on va se planter tôt ou tard, mais un casque protecteur peut faire la différence entre seulement des bleus ou une fracture du crane.

  • Est-ce qu’il y aura une hiérarchie dans la relation ? Pour un couple qui se lance dans cette aventure, la règle d’or est souvent qu’il ne faut surtout pas que ça brise le couple initial. Et ça se comprend. Cela mène néanmoins à toutes sortes de petits règlements insidieux qui feront que les besoins de la licorne passeront toujours après ceux du couple. La licorne n’est pas égale aux deux autres, et ses besoins ne pèsent pas aussi lourd dans la balance. On mentionnera par exemple le fait que si le couple se dispute, la licorne se fera peut être dire de rester chez elle le temps que le couple règle ses problèmes. La femme n’est plus une personne à part entière, mais un jouet qu’on met sur la tablette quand on n’a pas envie de s’amuser. Les licornes ont souvent le sentiment d’être utilisées.
  • Quel est le niveau de sentiments autorisés ? Est-ce que l’amour est libre de circuler entre les 3 personnes de manière spontanée et égale, ou est-ce qu’il y a des restrictions (le couple doit-il s’aimer plus qu’il aime la licorne?). Comment se répartit le temps ? Est-ce qu’on doit se voir toujours les 3 ensemble ? Est-ce que la licorne peut passer du temps seule avec chacun des membre du couple ? Est-ce que les relations sexuelles doivent se vivre toujours à 3 ? Est-ce que la licorne peut avoir des relations sexuelles seule avec chaque membre du couple ?
  • Les licornes font également parfois l’objet d’exploitation. Certains couples vont exiger de leur licorne qu’elle rende des services en échange de la relation : ménage, garder les enfants, etc. Personne ne devrait être utilisé et exploité dans une relation. Prenez le temps de discuter des attentes que vous avez les uns envers les autres. Une licorne n’a pas à se laisser imposer des conditions qui ne lui conviennent pas. Le couple ne devrait pas avoir le pouvoir de dicter les règles du jeu sous prétexte que 2 contre 1 gagne. (voir à cet effet l’article d’Hypatia sur Les polyamoureux et la prise de décision). Certaines relations impliquent beaucoup de services rendus, ce qui est correct tant que ce n’est pas à sens unique.
  • Certaines relations couple-licorne se vivent en contexte bdsm, impliquant un/des maîtres et un/des esclaves. Si tel est le cas, la situation doit être clairement définie comme tel, et l’on veillera alors à suivre rigoureusement les codes d’éthique bdsm afin de protéger l’intégrité physique et psychologique de chacun des participants.

Ceci offre un bref aperçu des points à tenir en compte avant de se lancer dans l’aventure du couple à trois. Pour l’avoir déjà vécu personnellement, à la fois en tant que membre du couple, et en tant que licorne, je peux témoigner qu’il s’agit d’une expérience très enrichissante, si elle est vécue dans l’amour, le respect, et qu’on s’outille adéquatement pour faire le moins de gaffes monumentales possible.

Quelles sont vos propres expériences avec des licornes ou en tant que licorne ? J’attends de lire vos commentaires là-dessus ! (de préférence directement sur le blogue plutôt que sur les groupes fb, pour que davantage de gens puissent bénéficier de votre partage).

Hypatia

Téléchargez gratuitement

deux chapitres de mon nouveau livre

chapitres

Sur le même thème

3 Commentaires

  • Répondre
    Axalane
    23 mars 2016 at 09:32

    Initialement bisexuelle, j’ai d’abord ressenti le manqué dans les couples monogames exclusifs que j’ai vécu. Ignorant le concept de polyamour, j’ai fréquenté les milieux libertins, mais n’y ai trouvé que frustration et incomprehension, m’attachant plus à l’émotion qu’au sexe. C’est donc naturellement que j’ai offert le couple ouvert, voire que j’ai refusé de m’investir advantage dans mes couples sous peur d’être à nouveau « enfermée » dans de l’exclusif.
    Actuellement en trouple depuis 7 mois, je ressens bien sûr le déséquilibre du couple débutant que je fréquente, mais leurs indisponibilités et les miennes sont pour l’instant en adéquation. Je sais déjà que le long terme est voué à l’échec, mais nous savourons tous ce que peut nous offrir nos sentiments mutuels un jour après l’autre. Les notions de respect, de dialogue, de transparence, de partage sont l’essence de notre relation.
    Ce n’est pas mon premier trouple en tant que ‘licorne’, j’imagine que ce ne sera pas le dernier, et à vrai dire, ce n’est pas une question que je me pose. Je rencontre juste une personne ou deux qui me donne(nt) envie de partager un bout de chemin.

    • Répondre
      Hypatia
      24 mars 2016 at 08:06

      Si ce n’est pas trop indiscret : qu’est-ce qui te fait dire que c’est voué à l’échec ?

  • Répondre
    Perle Noire
    17 février 2016 at 19:45

    Mes quelques expériences en tant que licorne ont beau avoir été fort intéressantes, elles furent très éphémères, et dans un des cas, je me suis réellement retrouvée seule et isolée à « licher mes plaies », comme vous le décrivez si bien plus haut. Être la troisième personne qui se joint à un couple s’est avéré aussi enivrant quand je recevais de l’attention, que déchirant quand je me retrouvais seule. Les deux membres du couple ont l’avantage d’être là l’un pour l’autre, et à la moindre erreur de parcourt, c’est la licorne qui paie.

    Pourtant, malgré mon insatisfaction vis à vis mes expériences, je recommencerais. La dynamique d’un couple me charme et s’est facile pour moi de vouloir graviter autour de cette entité, sans m’immiscer ou déranger. Au point tel où même si je me considère lesbienne, je peux être attiré par un couple H/F, ce qui m’a rendue un peu confuse au départ.

  • Répondre

    16 − quatorze =