Jalousie et compersion

L’énergie de la nouvelle relation (ÉNR)

énergie

Je peux en parler, de l’énergie de la nouvelle relation, je suis dedans depuis quelques semaines…

Vous m’avez sans doute vue flotter très haut dans le ciel, quelque part au-dessus du State Olympique. Il est beau, il est fin, et il fait l’amour comme un dieu.

Quand je suis pas en train de lui parler, de parler de lui, ou de planifier notre prochaine date, je rêvasse avec un sourire béat qui me donne l’air d’une attardée…

Même pour moi qui passe mon temps à écrire… les mots me manquent, ce qui est rare, croyez-moi! Vous reconnaissez tout de même le sentiment que j’évoque. L’énergie de la nouvelle relation est cette euphorie indescriptible qui accompagne la rencontre d’une nouvelle personne.

Énergie de la nouvelle relation (ÉNR), est un nom inventé par Zahai Stewart pour décrire le sentiment de désir, de réceptivité émotionnelle et la connexion que l’on éprouve envers une personne avec qui l’on débute une nouvelle relation.

L’ÉNR se rapproche beaucoup du sentiment amoureux, mais est plus vaste, puisqu’elle peut se manifester bien avant, notamment lorsqu’on éprouve un très grand intérêt envers quelqu’un qu’on vient juste de rencontrer.

Les papillons lorsque l’autre nous donne son numéro de téléphone… le plaisir mêlé de nervosité lorsqu’on se rend à son premier rendez-vous… le premier baiser qui nous laisse les jambes molles… l’instant où l’autre nous confirme que l’intérêt que nous ressentons est partagé. Tous ces détails qui nous accrochent un sourire niais au visage pour des jours à venir… Tout cet enthousiasme s’exprime avant même que l’on soit pleinement et officiellement amoureux, mais fait partie de l’énergie de la nouvelle relation.

Cette énergie si particulière est causée par un cocktail d’hormones au cerveau : augmentation de la dopamine et de la norépinéphrine dans le système limbique, notament. Ces substances sont des stimulants naturels, ce qui explique l’état d’excitation et d’euphorie.

La psychologue Dorothy Tennov a été la première à décrire scientifiquement ce phénomène auquel elle donnait le nom de limérence que la poésie et les chansons d’amour exprimaient déjà depuis des temps immémoriaux. Ayant interviewé 500 personnes à propos du sentiment d’exaltation qu’ils éprouvaient lorsqu’ils tombaient amoureux, elle identifia certaines caractéristiques qui revenaient le plus souvent :

  • pensées constamment tournées vers l’objet de son désir
  • envie ardente de l’autre personne
  • états d’âme qui dépendent de ce que fait et dit l’autre
  • focus accru résultant dans une difficulté/incapacité à ressentir la même intensité amoureuse envers plus d’une personne
  • peur du rejet, timidité (voire maladresse!) autour de l’autre
  • sensations physiques dans la poitrine et l’abdomen (« papillons dans le ventre »)
  • sensibilité accrue envers les gestes et paroles de l’autre personne
  • impression de flotter
  • désintérêt de ce qui n’est pas la personne aimée
  • remarquable capacité de ne voir que ce qui est admirable chez l’autre personne et aveuglement concernant ses défauts ou de potentielles incompatibilités

Voir son partenaire en pleine explosion d’ÉNR peut être assez terrifiant lorsqu’on n’en a pas l’habitude. Nous y reviendront prochainement, dans un article intitulé Quand mon partenaire est en énergie de la nouvelle relation (ÉNR).

Affectueusement,

Hypatia

Nouveau! Service de soutien en ligne pour polyamoureux!

Sur le même thème

1 Commentaire

  • Répondre
    Patrick
    2 avril 2017 at 09:56

    Intéressant et informatif comme toujours. Je suis particulièrement curieux de voir la suite – la perspective de l’autre partenaire.

    Et bien content de voir que les choses vont bien en amours!

  • Répondre

    dix-neuf − dix-huit =