Sortir du placard

Coming out et Rejet

rejet

J’ai grandi dans une famille Baptiste Évangélique. On attendait la Fin du Monde en chantant des cantiques à Jésus et on essayait de rester vierges jusqu’au mariage. J’étais meilleure pour chanter des cantiques que pour rester vierge… mais passons. J’ai déçu mes parents en apostasiant ma foi au début de l’age adulte. Ma mère, qui ne va plus à l’église, est restée très croyante. Je n’avais aucune idée de comment elle vivrait d’apprendre que j’étais devenue polyamoureuse. Elle avait toujours manifesté une sorte d’acceptation résignée envers mes choix de vie assez marginaux. Je me disais qu’elle aurait peut être la même attitude concernant l’ouverture de mon couple. Je me mettais le doigt dans l’œil !

Le moment fatidique

C’est arrivé un lendemain de bal érotique de Monde Osé, il y a 3 ans. Victor, Clio y étions allés en triade. Un photographe avait pris quelques clichés de nous en tenues assez révélatrices. Un ami posta l’une de ces photos sur mon mur Facebook. Je me questionnai pendant quelques secondes, à savoir si je devais retirer cette photo compromettante, ou si je devais la laisser là.

Si je n’avais jusqu’alors pas crié sur les toits mon mode de vie polyamoureux, il n’en demeurait pas moins que je n’avais rien à cacher non plus.

Je décidai de laisser la photo où elle était, en me disant que ce serait l’occasion pour les curieux de poser des questions… et que ceux qui préféraient ne pas savoir pourraient bien faire comme s’ils n’avaient rien vu. Je me félicitai de ma stratégie. Malheureusement, la seule personne qui posa des questions fut la seule personne qui ne voulait pas savoir non plus!

À la vue de cette photo mettant en évidence mes cuisses en porte-jarretelles, ma mère fut prise de panique, et demanda si je faisais des  »échanges de couples ». Dans le feu de l’action et m’attendant à pouvoir donner une longue explication, je répondis laconiquement que  »en quelque sorte… ». Ce n’était apparemment pas la bonne réponse. Une réaction hystérique ne se fit pas attendre. Entre les  »je croyais que ça allait bien dans ton couple » et les  »j’ai toujours été fière de ma fille » qui sous-entendaient que là, elle n’était plus fière du tout, je n’ai pas réussi à placer d’autre phrase que  »tu te fais probablement une fausse idée de ce que je vis. Tu peux me poser toutes les questions que tu veux, comme ca je pourrai t’expliquer mieux de quoi il s’agit. Ca n’est pas encore très connu, mais environ 5% de la population vit une forme d’ouverture de couple. C’est donc plus fréquent que ce que les gens imaginent. » Ce à quoi elle m’a répondu qu’il y avait aussi des pédophiles et des meurtriers et que c’est pas parce qu’il y a un pourcentage de la population qui fait ça que ça rend ces choses correctes.

Le rejet

Ma mère venait de me comparer à un pédophile ou un meurtrier… Je ne me serais jamais attendue à me faire dire quelque chose d’aussi rabaissant de la part de quelqu’un qui m’aimait. Les pédophiles et les meurtriers font du mal aux autres. Elle ne semblait pas voir que mes choix de vie ne faisaient de mal à personne, même si par ailleurs, elle ne les comprenait pas. Paradoxalement, s’il y a une chose à laquelle mon éducation religieuse m’a très bien préparée, c’est à faire mon coming-out en tant que polyamoureuse ! Ne riez pas, c’est tout à fait vrai. En tant que bonne petite baptiste bien pensante, j’ai grandi en me faisant dire que j’allais être persécutée et rejetée pour mes croyances religieuses, et on me préparait à encaisser sans broncher. Il y a quelque chose de très similaire à accepter d’être rejeté pour sa foi et accepter d’être rejeté à cause du polyamour ; dans les deux cas, on refuse de porter la faute du rejet exprimé par l’autre ou de laisser cela affecter sa perception de soi de manière négative.

Cela fait maintenant trois ans. Et nous avons eu des hauts et des bas. Des hauts lorsque nous arrivons à avoir des discussions triviales en faisant semblant de rien. Des bas lorsqu’il lui prend, environ une fois par 6 mois, une envie irrépressible de me faire la morale sur ma vie. Elle voudrait notamment que je me sépare de mon mari, car pour elle, si Victor et moi avons d’autres relations, c’est parce que ça va mal entre nous et qu’on ne s’aime plus, une question que j’ai déjà évoquée dans l’article POURQUOI RESTER ENSEMBLE SI VOUS AIMEZ QUELQU’UN D’AUTRE?

Si j’écris cet article aujourd’hui, c’est parce que je crois qu’il est nécessaire de dire que pas tous les coming out se passent bien. Certains, comme mon coming out à mes enfants, et le coming out de mes amis Paul et Pauline à leurs enfants, nous font voir qu’il y a dans le monde de l’ouverture d’esprit et de l’espoir que chacun puisse choisir sa propre voie en matière d’amour et de sexualité. Mais il faut aussi donner l’heure juste et faire entendre que parfois, ca se passe mal, qu’on vit du rejet de la part de nos proches et des gens qu’on aime. Pour cela, il y a le soutien de la communauté polyamoureuse.

Si vous avez vécu du rejet de la part de votre famille ou vos amis et que vous souhaitez le partager avec les autres lecteurs, la section commentaire est là pour accueillir vos témoignages.

Affectueusement,

Hypatia

Sur le même thème

4 Commentaires

  • Répondre
    Perle Noire
    3 octobre 2016 at 14:42

    Au cœur d’une conversation avec ma mère, j’ai glissé que j’avais deux amoureuses. Quelle erreur. Cela n’allait pas bien dans ma vie, à part pour les amours, et j’ai voulu lui communiquer, et je n’ai pas eu l’envie de mentir. Sur le coup, elle avait l’air très zen, j’étais stupéfaite.

    Le rejet est arrivé progressivement… dès que je n’allais pas bien, ma mère blâmait le polyamour. Puis elle commença à me traiter de polygame et de personne qui ne sais pas aimer. Apparemment, je heurte profondément ses valeurs, et dès qu’on frôle le sujet, c’est la dispute garantie. Elle veut que je fasse partie de sa vie, mais elle rejette une partie de la mienne. Je ne me sens en sécurité que lorsqu’on évite le sujet hypocritement comme si de rien n’était, ce qui va contre mes valeurs.

    Je ne vois pas de fin heureuse à cette situation, et cela me désole. Ce ne sont pas tous les coming out qui se passent bien…

  • Répondre
    swann de coachella
    1 mai 2016 at 18:45

    Bonsoir
    ma mère étant âgée, je ne lui ai rien dit. Par contre, nous faisions partie d’un groupe « d’amis » et les plus violents rejets sont venus d’eux. Je me suis retrouvée, (car pour eux, j’étais au centre de l’action et les deux autres ne sont que d’innocentes victimes de ma duplicité) à répondre à des questions genre « vous pensez aux enfants ? » (non bien sur,) et à des réflexions comme « je ne crois pas au polyamour » (ce à quoi j’ai répondu « ça tombe bien, ce n’est pas une religion ») mais le pire est venu plus tard, quand sentant le poids de leur désapprobation et la façon dont ils nous rejetaient (précision amusante, je pense que tous les trois auraient volontiers aspirés à une relation comme la nôtre) je me suis fâchée très fort. L’un de ces « amis (homo, pourtant, on aurait pu le croire plus tolérant) m’a balancé un flot de saloperies que j’ai encore sur le coeur, notamment un « ton mari se crève au boulot pour que tu puisses écrire tes romans… » Entre autres, je préfère ne pas en parler plus. Ça me fait encore mal. Nous avons aussi eu l’expérience de la mauvaise réaction de notre fils de 20 ans quand le fils de notre amoureuse et notre fille l’ont très bien pris; Voilà, c’était violent et ça fait encore mal.

  • Répondre
    Dave
    27 avril 2016 at 12:13

    Bravo et merci de ce partage.

  • Répondre
    David Leclerc
    27 avril 2016 at 10:59

    Oh… !
    Ton histoire me rejoint.
    J’ai été élevé dans une religion du même calibre. Le genre qui nous envoie cogner aux portes aussi pour prêcher notre foi en plus, évidemment, d’exiger le mariage pour les relations intimes…

    Pour faire une histoire courte, je continue à dire que je suis célibataire et que je côtoie plus d’une femme. Étrangement, ça passe mieux que de sortir des mots comme polyAmoureux ou même juste ‘eille, j’ai 2 blondes’ …

    Je me considère chanceux que ma mère me fasse pas de commentaires comme la tienne. J’ose espérer qu’elle me sortirait pas une comparaison du genre ‘pédophile’ comme la tienne à fait! (ouch! en passant)…

    Mais même socialement, je me rend compte que je préfère encore le terme « célibataire » , parce que je me sens plus accepté? Ou encore… Plus cool? … Ou peut être que j’essaie juste d’éviter des conversations qui vont juste mettre du jugement dans les yeux de mes collègues ou amis?
    Déjà que je suis végétarien et je dois répondre régulièrement à la question « ah? Pourquoi t’es devenu végétarien? » sur une base régulière, j’aime peut-être pas l’idée d’en rajouter plus.

    Dans tous les cas… Jai trouvé ton histoire inspirante! J’ai jamais écris de commentaires sur aucun article dans ma vie, mais je voulais le faire.

    Merci d’avoir partagé 🙂

  • Répondre

    19 − quinze =